AccueilRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
Upload image
 

 Le dragon de Gashar Helden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Ishtar Hel'Owen



Démon Incarnateur royal,
pour vous servir jeunes gens!


Ishtar Hel'Owen



Le dragon de Gashar Helden Vide

Upload image
MessageSujet: Le dragon de Gashar Helden   Le dragon de Gashar Helden I_icon_minitimeSam 7 Aoû - 20:26
Kolwenn Kolwenn, des cloches de l'Océan, j'entes ta douce voix s'élever...
Tel est le début d'une chanson que les anciens du désert fredonneront sans doutes en votre présence... approchez, laissez moi vous en expliquer l'origine...

Il y a de cela quelques années, il était de coutume d'emmener les jeunes fille ayant atteint la majorité (quinze ans) aller prier au temple de Yémanja durant le début de la saison de Yémanja, à l'activation des écluses de Mythologia, afin de favoriser la venue de la pluie. Tous les ans, les villages du désert choisissaient donc une jeune fille, d'apparence agréable et ayant une douce voix, qui devait aller se rendre dans la cité d'Atlantis accompagnée du plus valeureux des guerriers. Durant tout le périple doivent retentir les cloches de la grande cité engloutie
Notre histoire se situe donc dans le petit village de Walumbé, situé aux abord de la grande ville de Trémet.

Kelwenn, fillette païenne, s'était préparée au printemps de sa quinzième année pour son long périple mais déjà, elle devait choisir l'homme qui serait sa compagnie. Alors devant elle, juste en face de la fontaine cristalline du village, arrivèrent trois cavaliers que ses géniteurs lui avait choisit parmi les plus braves et courageux. Chacun devant montrer sa bonne foie, le premier des guerriers arriva devant elle, son cheval était blanc, comme blanc est le marbre de Trémet en été.

_Sous les flots, ma belle, mon cheval vous mènera. Venez donc en selle découvrir son pouvoir.

Mais il n'eut achevé qu'il tomba littéralement en lanières et que sous ses pieds, gisèrent ses bras désséchés, qui, en un éclair, avaient brouillés l'eau de la fontaine. Le deuxième cavalier, plongeant son épée dans la fontaine, rendit claire la source, bien plus fraîche d'emblée..

_Qui es-tu ? demanda Kelwenn
_Barteland, le guerrier, je suis le fils du dragon! Et sous l'écaille suis né...
_Mais les dragons ne font naître que tristesse et malheur, pour me rendre dans un temple, jamais je ne vous suivrai..

Le troisième homme s'approcha, s'affichant un large sourire et dans la bouche de la jeune femme, plaça une douce fleur rouge...

_Tu es jeune, tes yeux sont deux soleils ardents et ta toison de sang... de quel pays viens-tu sur ta douce haquenée?
_D'où je viens de grands moulins tournent dans le vents d'été, qui font ma toison rouge, comme est le rouge du sang. On me nomme Satradel, au pays où je suis né et si je m'en viens, c'est pour au temple te mener.

Et tous les deux bondirent sur la noire haquenée, ils traversèrent le désert, des montagnes et des vallées. Les cloches sonnaient vers Atlantide. Ils chevauchèrent trois jours, sans boire ni manger, de routes en sentiers. Mais soudain, au coucher du troisième soleil, Kolwenn parut quelque peu surprise.

_Je n'entends plus qu'à peine les cloches sonner.
_Ce n'est rien, rétorqua le cavalier, ce dois être le vent qui a tourné. Viens donc sur ma paille te reposer...

Ils repartent au matin dessus la folle haquenée. Ils traversent des forêts de bois de cerf dressés, plus vertes que sont les algues et que d'Odin la forêt, sans boire et sans manger, trois jours deux nuits sans s'arrêter. Mais Korydwen s'étonne à la sixième soirée

_Je n'entends plus du tout le son des cloches...
_Tu te trompe, Kolwenn... c'est une erreur. Viens donc sur la couche te reposer..., et sur sa bouche, il y déposa un baiser

Au lendemain, Kolwenn constata qu'elle était en vue de l'Océan d'Atlantide. Prenant son élan, elle se dirigea à son bord et ce qu'elle vit la fit sursauter. De son physique de jeune fille ne restait rien: sa peau était devenue écailleuse et lisse et de grandes ailes ornaient son dos, elle comptait désormais quatre pattes terminées en quatre longues griffes. Auprès de sa couche elle retourna, dans l'espoir d'y revoir le guerrier, mais ne vit à sa place que quelques lettres de sang:
"Puisse cette apparence t'ouvrir coeur et esprits."

Sous l'effet de la honte Kolwenn sauta dans l'Océan Gashar Helden et n'en ressorti point.

Quelquefois, voyageurs, il vous est possible d'entendre des chants sortir des flots car malgré son apparence, Kolwenn n'a rien perdu de sa douce voix et appel au retour de la personne qui l'a ainsi transformé ...

__________________________________________

Le dragon de Gashar Helden 925219ishtar
Revenir en haut Aller en bas
http://mythologias.webs.com/
 

Le dragon de Gashar Helden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Upload images
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mythologia :: 
L'Encyclopédie
 :: mythes et légendes
-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com